“Quiz aux travaux forcés » variation sur la nouvelle de Dino Buzzati

A tous ceux qui viennent lire ce billet, je demande de ne pas copier ma variation sans m’en parler, et de toutes les manières de me citer. Merci par avance de respecter le copyleft et le copyright !
« Dans ce grand pénitencier qui se trouve à la périphérie de la ville, réservé aux condamnés aux travaux forcés, il y a une règle, en apparence humaine, mais en réalité plus que cruelle.
A chacun de nous autres, les condamnés à perpétuité, est accordée l’autorisation de se présenter une seule fois en public et de parler à l’assistance pendant une demi-heure. Le détenu, tiré de sa cellule, est conduit sur un balcon du bâtiment extérieur, où se trouvent la direction et les bureaux. Devant lui s’étend la vaste place de la Trinité et c’est là que se réunit la foule pour écouter. Si à la fin du discours la foule applaudit, le condamné est libéré.
Cela peut paraître une indulgence exceptionnelle. Mais ne l’est pas. D’abord la faculté de s’adresser au public, n’est accordée qu’une seule fois, je veux dire une seule fois dans la vie. En second lieu, si la foule répond « non » – comme c’est presque toujours le cas – la condamnation se trouve en un certain sens confirmée par le peuple lui-même et pèse encore davantage sur l’âme du détenu ; pour qui les jours d’expiation deviennent encore plus sombres et amers, après.
Et puis il y a une autre circonstance qui transforme ce espoir en tourment. Le prisonnier ne sait pas quand cette permission de parler lui sera accordée. La décision est entre les mains du directeur du pénitencier. Il peut arriver que l’homme soit conduit sur le balcon à peine une demi-heure après être arrivé à la prison. Mais il n’est pas exclu qu’on le fasse attendre de longues années.  ( ….. )
Les gardiens viennent de m’annoncer que c’est mon tour. Il est deux heures de l’après-midi. Dans deux heures je devrai me présenter devant la foule. Mais je n’ai pas peur. Je sais déjà, mot pour mot, ce qu’il convient que je dise. Je crois bien avoir trouvé la réponse juste au terrible quiz. J’ai médité longtemps : pendant neuf ans, alors vous pensez…. Je ne me fais aucune illusion sur le public, il ne sera pas mieux disposé que celui qui a écouté mes malheureux compagnons.
On ouvre la porte de la cellule, on me fait traverser tout le pénitencier, je monte deux étages, j’entre dans une salle très imposante, je sors sur le balcon. Derrière moi on ferme les volets. Je suis seul devant la foule.
Tout cela aurait pu m’impressionner, mais je suis heureux, j’ai enfin ma chance. Je regarde le ciel : le soleil est de la partie, ses rayons me réchauffent jusqu’à l’intérieur de l’âme.
Bien sûr, je suis ému, qui ne le serait pas à ma place ?
Je commence par me gratter la gorge. La foule me dévisage. Certains ont l’air fermé, d’autres ont l’air amusé.
« Bonjour ! Je vous remercie d’être présent aujourd’hui, de vous être déplacé pour venir m’entendre cet après-midi.
Cela fait neuf ans que je suis dans ce pénitencier pour y purger ma peine. Neuf ans que je réfléchis jour après jour à ce qui est arrivé. J’aurai pu sombrer dans la haine, j’ai préféré le pardon. Cet après-midi, je viens vous demander solennellement pardon, à tous, à chacun de vous. Quand on fait du mal à une personne, c’est comme si on faisait du mal à toutes les personnes. »
Cela fait à peine trois minutes que je suis sur le balcon, et déjà certaines têtes me montrent de l’incrédulité, d’autres un air de « mais oui, c’est ça, cause toujours ! ». Pas facile en vérité de vivre un moment pareil…
« Je regrette profondément d’avoir agi de cette manière-là et je vous remercie de m’avoir fait venir ici, sur ce balcon, pour pouvoir vous le dire. Je voudrais que vous sachiez qu’au fond de ma cellule, chaque jour qui passe est un jour de profonde réflexion sur le sens de la vie.
Vous qui vaquez à vos propres occupations, qui emmenez vos enfants à l’école, vous avez une aussi grande responsabilité que moi dans ma cellule : vos enfants sont votre avenir, tout comme vous êtes mon avenir. Vos enfants méritent ce qu’il y a de mieux. Quand ils font une bêtise, une erreur, vous les punissez pour qu’ils ne recommencent pas. Et pour autant vos enfants vous aiment toujours aussi profondément que vous les aimez.
J’aimerai toujours l’humanité que vous êtes, quoique vous fassiez. Regardez au fond de votre cœur, cherchez bien : au fond, dans votre cœur, il y a votre âme, votre humanité. Quand je la regarde, je vois tout l’amour que vous avez pour vos proches, tout votre bon sens et votre tolérance aussi. »
La foule s’agite… murmure…Je les regarde tous, un par un, avec intensité. Je veux qu’ils comprennent que ce que je leur dis, je le pense entièrement.
« Je veux que vous sachiez que, quelle que soit la décision que vous prendrez dans quelques minutes, je continuerai d’aimer votre humanité. Ce n’est pas facile de décider, c’est même la chose la plus difficile au monde. Parce que décider, c’est être responsable.
Je pourrais vous promettre monts et merveilles afin de sortir, ce ne sera pas le cas. Par contre, je vous promets sur ce que j’ai de plus précieux, c’est-à-dire vous, de continuer à aimer chaque jour de ma vie, aimer et réfléchir aux conséquences de tout acte. Parce qu’aimer est la seule chose qui ait du sens.
Cette promesse, je vous la fais et la respecterai, que je reste ou que je sorte. »
Survient un moment de silence. La foule ne dit mot, difficile de savoir ce qu’elle pense. Je les regarde toujours droit dans les yeux. L’émotion brille dans mes yeux. Pourvu qu’ils entendent le message !
« S’il est une seule chose à retenir d’aujourd’hui, c’est que tout le monde a une chance de s’en sortir et qu’il faut saisir toute opportunité de pouvoir changer sa vie. Le pardon et l’amour sont deux portes vers la rencontre de l’humanité, les deux portes qui donnent du sens à la vie. Le pardon et l’amour nous permettent d’avancer pour être meilleur, pour être plus humain, pour être tous plus humains.
Du fond du cœur, je vous remercie de m’avoir écouté jusqu’au bout.
Que votre décision ne soit que l’écho de votre cœur. »
Je ferme les yeux. J’inspire… J’expire… Je rouvre les yeux.
J’attends leur décision.

 

Publicités

25 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. ஐﻬღ..♪♫♥ Biquette
    Jan 29, 2010 @ 12:59:24

    Je me demande si l’être humain connait le pardon ??!!! Est-il charitable ?? Rien de moins sûr………….!J’attends donc la conclusion… de ton histoire…. Mais je te pardonne de nous faire attendre …mdr !!!Bisous et bon week end !

    J'aime

    Réponse

  2. mariessourire
    Jan 29, 2010 @ 13:01:57

    euh, biquette, en fait, je voulais que tu me donnes ton verdict !!rireapplaudissements ? ou silence ….

    J'aime

    Réponse

  3. ஐﻬღ..♪♫♥ Biquette
    Jan 29, 2010 @ 13:06:45

    Ben vois tu je crois que là je garde le silence………….. j e ferai une très mauvaise prestation si je devais composer un jury au tribunal… !!! Lui là haut je trouve pas qu’il ai vraiment les mots….lol !!!

    J'aime

    Réponse

  4. mariessourire
    Jan 29, 2010 @ 13:12:52

    bon il restera dans son pénitencier alors…tant pis

    J'aime

    Réponse

  5. mariessourire
    Jan 29, 2010 @ 14:21:02

    pas d’autres avis ?et biquette,qu’est ce que tu aurais voulu qu’il dise ?

    J'aime

    Réponse

  6. ஐﻬღ..♪♫♥ Biquette
    Jan 29, 2010 @ 16:33:24

    Ben moi, à sa place (malgré le fait que je ne sois pas envieuse là lol !!), je crois que j’aurai misé ma prestation en public pour un gros délire, un gros coup d’humour, histoire de ne pas "copier" les précédents qui ont dû aussi jouer les repentis…..!!Prendre de cours l’auditoire, les faire rire ………….et hop , je sors du pénitencier ……..les portes s’ouvrent………….. !!! Non ??

    J'aime

    Réponse

  7. mariessourire
    Jan 29, 2010 @ 18:41:13

    rirebonne idée !

    J'aime

    Réponse

  8. macaulaya
    Jan 29, 2010 @ 19:40:52

    Est il vraiment repenti?ou bien alors, il veut faire passer un message, que le commun des mortel ne veut peut être pas entendre?.Bien sûr ,il veut sortir de cet enfer qu’est le pénitencier, Le pardon et l’amour lui semble être le chemin.Et bien sûr c’est le chemin ;très difficile à suivre, lorsqu’on est dehors; et lorsque on est prisonnier , la vie dehors est forcément pleine d’amour,"parce qu’aimer est la seule chose qui ait du sens.Bon allez, pourquoi, te faire languir plus longtemps .J’applaudis !!

    J'aime

    Réponse

  9. mariessourire
    Jan 30, 2010 @ 12:09:06

    ah ahmon prisonnier a autant de chances de rester dans son pénitencier que de sortir..quelqu’un d’autre pour faire pencher la balance ?

    J'aime

    Réponse

  10. ஐﻬღ..♪♫♥ Biquette
    Jan 30, 2010 @ 12:18:20

    Je venais voir si le prisonnier avait eu sa "sortie du week-end "……………!!!!!!!!!!Ben , vite un autre avis………….Bon week Marie !

    J'aime

    Réponse

  11. mariessourire
    Jan 30, 2010 @ 12:26:23

    ben comme tu vois, il est toujours dans l’expectative …merci, bon week-end à toi aussi biquette !sourire

    J'aime

    Réponse

  12. Faby
    Jan 30, 2010 @ 15:46:03

    coucou…….un seul défaut pour mes yeux……de vieille …….tu écris petit……..sinon ton histoire est original……..pleine d’ émotion……..vraiment ce scénario…….presque un film……..on ne sait ce qu’ il a fait mais tu arrivs à nous faire rentrer dans la peau de son personnage ses blessures……….ou il est très sincère ……….ou c’ est un grand manipulateur……….en tout cas vite la suite……….bravo Marie sourire !!!!!!!!

    J'aime

    Réponse

  13. Isabelle
    Jan 30, 2010 @ 15:47:38

    Bonjour Marie,C’est un texte fort émouvant, "qui remue"…Bien sûr on ne peut savoir si le repentir est sincère, même s’il semble l’être …Par ailleurs, le texte soulève le problème des conditions de détention dans les prisons … Le plus dramatique est quand ces conditions rendent celui qui sort plus révolté que quand il y est entré.Un sujet traité notamment dans un livre qui m’a marquée : "Des jeunes y entrent, des fauves en sortent", de Guy Gilbert.Je t’embrasse.

    J'aime

    Réponse

  14. ஐﻬღ..♪♫♥ Biquette
    Jan 30, 2010 @ 15:52:34

    Et avec tout ça , on sait toujours pas ce qu’il devient …………..??????!!!!!!!!!!!

    J'aime

    Réponse

  15. mariessourire
    Jan 30, 2010 @ 16:41:20

    merci faby et isabelle pour vos commentairesmais pour (peut-être éventuellement – rires) écrire une suiteil me faudrait savoir s’il reste dans son pénitencier, ou s’il en sortpour cela, vous devez me dire votre verdict : ->silence = il reste->applaudissements = il sortvous choisissez quoi ?sourire

    J'aime

    Réponse

  16. Faby
    Jan 30, 2010 @ 16:45:28

    bhein…….donne nous un peu plus matière à réflexion…….son vécu son parcours …..qu’ on se décide……..allez bosse un peu quoi !!!!!!!!

    J'aime

    Réponse

  17. ஐﻬღ..♪♫♥ Biquette
    Jan 30, 2010 @ 16:55:37

    MAis elle triche Faby…………nous on a pas eu d’autres infos …………..!!!

    J'aime

    Réponse

  18. Faby
    Jan 30, 2010 @ 16:57:52

    moi non plus lol……c’ est une demande……pour se décider lol……….

    J'aime

    Réponse

  19. mariessourire
    Jan 30, 2010 @ 17:02:47

    je prends note pour la taille de l’écriturepour info, le début m’a été donné, je n’ai commencé à écrire qu’à partir de : "Tout cela aurait pu m’impressionner…"

    J'aime

    Réponse

  20. mariessourire
    Jan 30, 2010 @ 17:04:15

    ben en fait, il a fait quelque chose de grave, puisqu’il est condamné à perpét aux travaux forcés…ce qu’il a fait ? ben bonne question !! c’est très grave assurément

    J'aime

    Réponse

  21. Faby
    Jan 30, 2010 @ 17:19:33

    pour ma part……si ça touche un enfant…….j’ aurai du mal……..ou une femmele reste ………à méditer……..

    J'aime

    Réponse

  22. mariessourire
    Jan 30, 2010 @ 17:22:07

    donc tu choisis silence alors ?il reste en prison ?

    J'aime

    Réponse

  23. Faby
    Jan 30, 2010 @ 17:25:14

    dans ces deux cas ……oui…….si c’ est des histoires de braquage…….là……..serait plus tolérante……..

    J'aime

    Réponse

  24. mariessourire
    Jan 30, 2010 @ 17:43:15

    alors, après une petite recherche sur le net, voilà ce que j’ai trouvé qui pourra t’aider dans ta décision (car il m’en faut une : ou il reste, ou il sort) sourire : "Vols, faux en écritures, escroqueries, désertions, ces délits envoient les condamnés aux travaux forcés. Les crimes de sang aussi, pour les condamnés qui avaient la chance d’échapper à la peine de mort."

    J'aime

    Réponse

  25. pascalinette
    Jan 31, 2010 @ 18:35:41

    Je passe très vite te souhaiter une bonne semaineje rapsserai un peu plus tard pour te lire avec grand plaisirgros bisous

    J'aime

    Réponse

Votre avis m'intéresse :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 430 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :