le baiser


baiser

Petits mots


Petits mots portés par le vent
Arrivés depuis un moment
Dans mon cœur entrés doucement
Sont installés tranquillement

Petits mots tendres à mon cœur
Telle une tempête de bonheur
Y sont gravés depuis des heures
Pur délice, mieux que des fleurs

Petits mots dit d’un air joyeux
Avec un regard lumineux
Et qui veut voir loin dans les yeux
Des petits mots d’un cœur heureux

Petits mots au nombre de trois
Déjà prononcés plusieurs fois
Y penser me trouble parfois
Ces petits mots : "Comment tu vas?"

Sourire

Des fleurs pour le bonheur ?


Entends-tu le jardin chanter ?
Palpiter au creux de la vie ?
Quand soudain un bourgeon surgit,
La terre est alors enchantée …

Pourquoi comparer le bonheur
Souvent à une simple fleur ?
Mais ouvre donc tes yeux en grand
Le jardin fleuri t’y attend …

Le cœur se met à respirer
Doucement et intensément
Le cœur se met à respirer
Tout devient bonheur tendrement

Et chaque fleur vient embaumer
Ton intérieur tout embué
Les larmes peuvent aussi couler…
Quand le bonheur vient te toucher

L’amour est un bouquet de fleurs
Douceur à s’offrir chaque jour
Jardin fleuri pour tous les cœurs
J’ose dire : oui ! pour toujours !

jardin fleuri

La main


 

Sur un papier, entre encre et réflexion, la main se pose

Pour une poésie, déliant voyelle et consonne, en prose

Elle se ferme, s’offre aux jeux de la pensée, de volupté

En grivoiserie, elle se fait câline pour une ode à la fleur

 

Quand un poing se serre, la main s’arme de vengeance

Pour que les maux, en ce geste, dénoues les doigts pliés

Dans un poing, l’homme ne peut rien tendre, une simple

Relâche, les champs de bataille s’échangent en un jardin

 

Les mains jointes, instants d’innocence, comme un écrin

Pour un cadeau d’aujourd’hui à demain, un autre monde

S’ouvre, desserrant les poings, il aura suffit de dix fois rien

D’une caresse pour que les paumes aiment, juste une main

Tiggerlily

 

 main 1151879433e9CC6V

Merci à mon amie Tiggerlily pour son magnifique poème bises à toi !!

Le chat et la souris


 

 

Court le chat après la souris
Joue avec ses propres règles
L’observe d’un regard d’aigle
Mmm la mangerait bien, la souris !!

Il s’approche à pas de velours
Faisant mine de ne pas la voir
Elle virevolte en robe du soir
Se poudre le nez, comme toujours

Soudain il surgit derrière elle
Tel le lion il secoue sa crinière
Se rapproche dangereusement d’elle
Pour finir il repart… comme hier !

Elle, elle le regarde parader
Elle est encore prête à s’enfuir
Elle voit qu’il veut la croquer
Elle aimerait mieux pouvoir fuir

 

La morale c’est que le chat l’attrape
Bien évidemment …
J’ai juste une question :
Lequel de nous deux est la souris ?

Les mains (suite)


 

Elles se tendent pour s’offrir
Dans l’espoir de voir un sourire
Peut-être de la reconnaissance
Et vibrantes même d’impatience

Elles se proposent dans un échange
Une poignée, un simple effleurement
Contact énergique, tendre ou aimant
Aussi douces que les ailes d’un ange

Elles se rejoignent et se pressent
Dans une oraison pleine de ferveur
Où enfin le temps n’est plus vitesse
Où la vie est belle en nos cœurs

 

mains3

une vue de la forêt boïenne du 11 mars 2009


Boïenne signifie habitante de Biganos, sur le Bassin d’Arcachon, et un Boïen à l’origine était un habitant des bois … Autant dire que la forêt revêt ici une grande importance, pour moi en tout cas.

La forêt a subi avec violence la tempête appelée Klaus le 24 Janvier dernier, elle est à la limite des Landes. Je suis allée voir l’état des arbres cet après-midi, les photos que j’ai prises parlent d’elles-mêmes…

Photo0010

Photo0022  Photo0025

Photo0016

Surtout ne me faites pas dire que personne ne fait rien, ce n’est pas vrai, mais il y a encore tant à faire …

 Photo0028

Photo0012 Photo0011

Je n’ai pas pu emprunter le sentier du littoral, il est interdit à la circulation des piétons :

Photo0017 Photo0021

Mais si la forêt a payé un lourd tribut (dans certains endroits où les bûcherons ont travaillé, la forêt ressemble plus à une clairière avec quelques arbres parsemés), il faut garder espoir car tous les arbres ne sont pas tombés. Il en reste encore qui sont debout… oui… encore …

Photo0024

Mais de qui parle-t-elle ?


mains_bebe_01__grande

Agiles et douées, elles courent
Partout sur toutes les surfaces
Quelle que soit l’heure du jour
Elles sont toujours à leur place

Enveloppantes tout en douceur
Elles protègent aussi de la peur
Le plus jeune et le plus vieux
juste pour qu’ils soient heureux

Douces et parfois délicates
Elles viennent sans hâte
Vives et même redoutables
De tout elles sont capables

Si la violence elles savent
si la force elles utilisent
Leurs caresses sont suaves
Et procurent mille délices

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 436 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :