un homme ordinaire (de monsieur roux)


Un homme ordinaire

Moi, j’suis qu’un homme ordinaire
Mari fidèle et exemplaire
Je vis en couple depuis dix ans
Je suis le père de trois enfants

J’ai une bonne situation financière
Un bon métier, un bon salaire
Des opportunités d’évolution
Des possibilités de promotion

J’aime les week-ends en famille
Faire du sport avec mes amis
Passer le dimanche chez ma mère
Moi, j’suis qu’un homme ordinaire

Je dis bonjour aux voisins d’à côté
Je demande des nouvelles du petit dernier
C’est la moindre des choses vous savez
Quand on habite sur le même palier

J’aide les vieux à traverser
J’en accompagne même au supermarché
Je suis poli et bien élevé
Ça devient rare comme qualité

J’ai mes petites faiblesses, mes petites lâchetés
Après tout personne n’est parfait
Qui me jettera la première pierre ?
Moi, j’suis qu’un homme ordinaire

Il m’arrive bien parfois
Mais tout le monde le fait
Alors pourquoi pas moi ?
Et puis après ?

Il m’arrive bien parfois de me garer
Sur les places réservées aux handicapés
Mais après tout,
Les handicapés conduisent très rarement

Et si je me prends un PV
Je connais le préfet, il me les fait sauter
Et puis la police ferait mieux de s’occuper
De tous les voyous qui traînent dans les quartiers

Parce que je suis pas raciste mais quand même
Les étrangers profitent du système
Y ‘en à marre d’assister
Tous ces feignants qui veulent pas bosser

D’ailleurs j’ai mis mes gosses dans le privé
Parce qu’au moins là bas, on les fait trimer
Aujourd’hui, faut être le premier
Y’a pas de place pour les derniers

C’est pas moi qu’irais relever
Un homme blessé ou allongé
Je me mêle pas de ce qui me regarde pas
A chacun sa croix, et c’est mieux comme ça

Quand dans la rue, un homme se fait braquer
Je baisse les yeux pour pas regarder
Je vois pas pourquoi j’irais l’aider
Après tout, peut-être qu’il l’avait cherché

Moi, j’suis qu’un homme ordinaire
On est des milliards comme ça sur terre
A attendre une guerre ou une dictature
Pour révéler au monde notre pourriture
Moi, j’suis qu’un homme ordinaire

Rien qu’un salaud exemplaire
Mes lâchetés, mon indifférence
Font de moi un bourreau en puissance
Moi, j’suis qu’un homme ordinaire

dis voir …


 

dis voir, mon preux chevalier,

ne peux tu quelques instants imaginer

de vivre dans un monde d’insouciance où le temps s’allonge ou se rétrécit à volonté,

où seules les belles choses existent et où le malheur n’a pas de porte d’entrée ?

ne peux tu imaginer de défier l’espace et le temps, le temps d’un songe, même si ce dernier ne dure qu’un été ?

ne peux tu laisser libre cours à ton imagination (si fertile et si tendre), comme savent le faire les enfants ?

oui, c’est vrai, la (dure) réalité revient toujours, mais rien ne m’empêche de garder le pouvoir de rêver ….

le coucher du soleil


10.12.2007

le soleil se couche, les derniers rayons

se laissent poindre doucement à l’horizon

il n’a pas l’air pressé et pourtant il court

chercherait-il lui aussi le grand amour ?

 

avant de s’en aller pour toute une nuit

il nous laisse des traces de son passage

comme une caresse, ce tendre paysage

juste le temps d’attendre la lune aussi

on est


on est responsable de ce qu’on a apprivoisé ….

on a tous ….


 

On a tous un merveilleux trésor

au fond du coeur c’est l’amour

qu’on voudrait voir durer toujours

dans un merveilleux coeur à corps

 

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 436 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :