La vie fait tout ce qu’elle veut


Pour te dire les mots
Que tu espères
Ces mots de velours
Qui vont te plaire
Pour devenir celle
Que tu attends
J’ai mis du temps
J’ai mis du temps

Pour revoir le monde
Un peu plus beau
Prendre chaque jour
Comme un cadeau
Pour trouver l’envie
Tout comme avant
J’ai mis du temps
J’ai mis du temps

[Refrain] :
Et la vie
Fait tout ce qu’elle veut
Le pire, le mieux
Le pire et le mieux
Oui la vie
Fait tout ce qu’elle veut
Le gris, le bleu
Le gris et le bleu

Pour me dire
Que le mal est passé
Que les douleurs d’hier sont oubliées
Pour te donner
Ce que j’ai de plus grand
J’ai mis du temps
J’ai mis du temps

[Refrain]

Sauve-moi de mon hiver
Donne-moi un coeur plus grand qu’avant
Un coeur plus grand qu’avant
La vie fait tout ce qu’elle veut
Tout ce qu’elle veut
Tout ce qu’elle veut
Ce qu’elle veut

La vie fait tout ce qu’elle veut
Tout ce qu’elle veut…

La vie fait tout ce qu’elle veut

Julie Zenatti

Julie Zenatti–La vie fait tout ce qu’elle veut

La boutique du Bon Dieu


Visitant un pays lointain, un voyageur passa devant une échoppe sur laquelle était inscrit « Boutique du Bon Dieu ».
Avisant un passant, il lui demanda ce qu’on vendait dans cette boutique.
Étonné, le passant lui dit qu’il trouverait Dieu lui-même derrière le comptoir, qu’il pouvait lui demander tout ce qu’il désirait et que cela lui serait accordé.
Intrigué, le voyageur pénétra dans l’échoppe. Un homme souriant l’accueillit et lui demanda ce qu’il désirait.
–  « On m’a dit, répondit le voyageur, avec un ton dubitatif, que Dieu lui-même tenait cette boutique et que je pouvais lui demander tout ce que je désirais.
– C’est exact, répondit l’homme derrière le comptoir. Je suis Dieu. Que désirez-vous ?  »
Quelque peu intimidé, le voyageur se ressaisit. « 
Puisque vous me proposez cela, je désirerais, pour moi et pour tous ceux que j’aime, la prospérité, le bonheur, la sagesse, la… » 

À ce moment, Dieu l’interrompit :  « On vous a mal renseigné. Ce ne sont pas des fruits que je vends, ce sont des graines. » 

trouvé sur le net

la photo du jour


P1030465

A marée basse, la plage se fait immense, et avant d’être un lieu d’échouage de bateaux, la plage se fait lieu de plaisir et bientôt lieu de bronzage intensif. Chacun se l’approprie à sa façon. Il règne un doux sentiment de félicité à cette heure-là.

Citation du jour : la vie de Sylvie Angel


« Ce qu’il y a de plus beau dans la vie, et dans toute espèce de vie, c’est sa continuité. »
Sylvie Angel

Savoir aimer


Savoir sourire,
À une inconnue qui passe,
N’en garder aucune trace,
Sinon celle du plaisir
Savoir aimer
Sans rien attendre en retour,
Ni égard, ni grand amour,
Pas même l’espoir d’être aimé,

{Refrain:}
Mais savoir donner,
Donner sans reprendre,
Ne rien faire qu’apprendre
Apprendre à aimer,
Aimer sans attendre,
Aimer à tout prendre,
Apprendre à sourire,
Rien que pour le geste,
Sans vouloir le reste
Et apprendre à Vivre
Et s’en aller.

Savoir attendre,
Goûter à ce plein bonheur
Qu’on vous donne comme par erreur,
Tant on ne l’attendait plus.
Se voir y croire
pour tromper la peur du vide
Ancrée comme autant de rides
Qui ternissent les miroirs

{Refrain}

Savoir souffrir
En silence, sans murmure,
Ni défense ni armure
Souffrir à vouloir mourir
Et se relever
Comme on renaît de ses cendres,
Avec tant d’amour à revendre
Qu’on tire un trait sur le passé.

{Refrain}

Apprendre à rêver
À rêver pour deux,
Rien qu’en fermant les yeux,
Et savoir donner
Donner sans rature
Ni demi-mesure
Apprendre à rester.
Vouloir jusqu’au bout
Rester malgré tout,
Apprendre à aimer,
Et s’en aller,
Et s’en aller…

Florent Pagny

Florent Pagny–Savoir Aimer

la photo du jour


P1030420a

Là, j’attends vos idées de légendes, vos commentaires, vos ressentis sur la photo. Allez-y, lâchez-vous ! J’adore vous lire ! Clignement d'œil 

Je réponds personnellement à chaque com. (comme d’habitude Rire)

L’enfer et le paradis


Un vieux chinois, avant de mourir, fit un vœu. Il désirait voir l’enfer et le paradis. Comme sa vie s’était déroulée da l’honnêteté, son vœux fut exaucé.
On le conduisit d’abord en enfer. Il vit des tables couvertes de nourritures délicieuses, mais les convives paraissaient affamés et furieux. Assis à deux mettre des tables, ils devaient utiliser de très longues baguettes, et ne parvenaient à faire pénétrer aucune nourriture dans leur bouche. D’où leur souffrance et leur colère.
Ensuite on transporta le vieil homme au paradis et il y vit exactement le même spectacle.
-Oui, raconta-t-il à son retour. Les mêmes tables, la même nourriture, les mêmes baguettes. Mais tous les convives semblaient heureux et rassasiés.
-Pourquoi ? lui demanda quelqu’un.
-Parce qu’ils se nourrissaient les uns les autres…

Citation du jour : bonjour de Baudelaire


DSCI0600a
« Que le Soleil est beau quand tout frais il se lève,
Comme une explosion nous lançant son bonjour ! »
Charles Baudelaire

La Fée


Spéciale dédicace à Mister F. le matou, tit clin d’oeil comme ça en passant !

Moi aussi j’ai une fée chez moi
sur les gouttières ruisselantes
je l’ai trouvée sur un toit
dans sa traine brulante
c’était un matin ça sentais le café
tout était recouvert de givre
elle s’était cachée sous un livre
et la lune finissait ivre

Moi aussi j’ai une fée chez moi
et sa traine est brulée
elle doit bien savoir qu’elle ne peut pas, ne pourra jamais plus voler
d’autres ont essayés avant elle
avant toi une autre était là
je l’ai trouvé repliée sous ses ailes
et j’ai cru qu’elle avait froid

Moi aussi j’ai une fée chez moi
depuis mes étagères elle regarde en l’air
la télévision en pensant que dehors c’est la guerre
elle lit des périodiques divers
et reste à la maison
à la fenêtre, comptant les heures
à la fenêtre, comptant les heures

Moi aussi j’ai une fée chez moi
et lorsqu’elle prend son déjeuner
elle fait un bruit avec ses ailes grillées
et je sais bien qu’elle est déréglée
mais je préfère l’embrasser ou la tenir entre mes doigts

Moi aussi j’ai une fée chez moi
qui voudrait voler mais ne le peut pas…

La menace du vieil homme


Les enfants du village passent leur temps à taquiner un vieil homme et à s’amuser à ses dépens. Un jour, ils le défient de grimper à un arbre, en lui disant qu’il n’en est pas capable. L’homme accepte le défi et, retroussant ses manches et se déchaussant, il grimpe. Une fois là haut, les enfants lui volent ses chaussures. Ce qu’il constate une fois redescendu. Il s’en va alors à travers les rues du village, criant :
– Qu’on me rende mes chaussures sinon je vais faire comme a fait mon père autrefois.
Entendant cela, les anciens du village s’empressent de lui en acheter une autre paire, craignant qu’il ne mette sa menace à exécution. Cependant, quelqu’un lui demande :
– Mais qu’a donc fait ton père quand on lui a volé ses chaussures ?
– Ce qu’il a fait, répond le vieil homme, il est allé en racheter une autre paire au marché.

Previous Older Entries

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 434 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :