l’amitié : images et citations


Publicités

L’amitié de Khalil Gibran


Et un jeune dit : "Parle-nous de l’Amitié".

Votre ami est la réponse à vos besoins.
Il est votre champ dont les semailles sont amour et la moisson, reconnaissance.

Au foyer de votre ami, votre couvert est toujours mis et auprès de sa cheminée, il y a toujours une place pour vous réchauffer.
Car vous venez à lui pour apaiser votre faim et vos chagrins.

Lorsque votre ami vous confie ses pensées ne craignez pas de le critiquer et ne vous retenez pas de l’encourager.
Et quand il ne dit mot que votre coeur ne cesse d’écouter ce qui palpite dans son coeur ;
Car en amitié, toute pensée, envie et attente naissent muettes, et se partagent avec une joie discrète.

Quand vous devez vous séparer de votre ami, que l’heure des adieux ne vous afflige que peu ;
Car ce que vous aimez le plus en sa présence pourra vous paraître plus limpide en son absence, car le sommet est plus visible de la plaine pour celui qui gravit la colline.

Et il n’est de but dans l’amitié, si ce n’est l’approfondissement de l’esprit.
Car l’amour qui n’aspire pas à révéler son propre mystère n’est point amour mais un filet jeté sur une prise de futilités.
Et que le meilleur de vous même soit pour votre ami.

S’il doit connaître le reflux de votre marée, qu’il en connaisse aussi le flux.
Car à quoi bon un ami auquel vous ne feriez appel que pour tuer le temps ?
Recherchez toujours sa compagnie pour des heures pleines de vie.
Car il lui appartient de combler votre besoin, mais non point votre vide.
Et dans la douceur de l’amitié qu’il y ait rire, et partage de plaisirs.

Car dans la rosée des petites choses le coeur retrouve son petit matin et ainsi il s’en trouve rafraîchi".

Khalil GIBRAN

 

Ophélie et elle


Elle arrive, plus ou moins à l’heure. Elle est déçue… Elle comptait sur Ophélie, mais cette dernière s’est défilée ; elle a failli dire « presque comme à son habitude ». Elle est déçue non pas d’Ophélie, mais d’elle-même, car elle a cru en l’amitié possible avec Ophélie.

Elle ouvre la porte du café, commande une noisette, petite, et s’installe près de la vitrine pour observer la rue, les gens, la vie. Ça fait mal, une trahison, bien plus mal quand il s’agit d’une amitié trahie. Mais là, la vraie question, c’était : “Ophélie est-elle une véritable amie ?”

Sur quoi base-t-on une amitié ? Sur des affinités ? Sur des fous rires ? Sur un soutien, une épaule offerte ?

Sur quoi ? Pourquoi s’est-elle encore trompée ?

Tant qu’elle ne vivait pas trop loin, tout semblait si idéal, un café par ci, une balade et des fous rires par là. C’était la vie, la belle vie ! Les confidences pointaient leur nez de manière si normale, si évidente. Alors elle l’a crue, elle s’est dit qu’enfin elle avait trouvé ce que c’était que l’amitié.

Oui, dans amitié, il y a la rencontre de deux âmes, une rencontre bien plus forte que celle qu’on peut connaître dans l’amour.

Mais voilà qu’une rupture amoureuse et un changement de région plus tard, tout est si différent. Les appels téléphoniques quotidiens voire bi-quotidiens s’estompent au fil du temps. Il peut se passer plusieurs semaines avant d’avoir des nouvelles. Cinq ans qu’elle est partie, cinq ans d’une autre vie dont Ophélie ne fait plus pas vraiment partie.

Les confidences se sont taries, ne restent plus que les conversations au sujet des enfants et du beau temps. Ça remplit le temps, ça remplit l’espace le temps d’une poignée de minutes, et puis le silence et la vie qui nous rappelle dans notre espace d’aujourd’hui. Ça fait combien de temps qu’elles ne se sont pas vues ? Combien de temps qu’elles n’ont pas pris un café ensemble ?

Elle croyait que l’amitié véritable ne s’occupait pas de la distance, qu’un océan pouvait séparer deux âmes amies, mais dans les faits, il semblerait bien que non.

Il y a sans aucun doute des amitiés plus ou moins longues, c’est la séparation pas vraiment terminée qui est douloureuse. C’est en cela qu’elle se sent trahie.

Une larme se fait jour mais elle l’empêche de couler. Elle avale d’un trait sa petite noisette, met la monnaie sur la soucoupe et sort.

Aujourd’hui, elle a choisi : Ophélie ne fait plus partie de sa vie. Reste à savoir comment trouver une autre âme avec qui faire un bout de chemin, parce que c’est difficile de la trouver, parce qu’elle vieillit et qu’elle ne veut plus souffrir, parce qu’elle a un peu de mal à croire en l’espèce humaine…

Mais elle ne peut s’empêcher de vous poser une question :

C’est quoi, pour vous, une amie ?

Ophélie c’est n’importe qui ; Elle, ce n’est pas moi ; mais elle veut savoir ; dites-moi, je lui transmettrai.

Citation du jour : l’amitié de Tahar Ben Jelloun


« Le temps est le meilleur bâtisseur de l’amitié. Il est aussi son témoin et sa conscience. Les chemins se séparent, puis se croisent.  »
Tahar Ben Jelloun

Les sentiers


Un jour que je me baladais tout doucement, j’ai aperçu un sentier, je trouvais qu’il était différent des autres.
Il y avait deux côtés séparés par des fleurs de toute beauté.
Je me suis demandé quel côté emprunter le premier…

Puis je me suis avancé et commencé à marcher du côté gauche.
Après quelques pas, j’ai fait la rencontre du mensonge.
Il m’a tenu les épaules et m’a dit « tu as choisi le bon côté.
Ici tu retrouveras tout ce qui te manque pour être heureux. »
Je suis reparti le coeur gai. Que pouvais-je espérer de mieux…

En sifflotant j’ai continué à avancer puis j’ai fait une autre rencontre.
La paresse se tenait là devant moi assise sur le bord du sentier.
Elle m’a dit: « Allons viens te reposer; tu dois être fatigué »
Je lui ai répondu je ne peux pas, un travail m’attend.
Puis elle m’a répondu « mais que fais-tu à travailler ?
C’est si plaisant de se reposer. »
Je me suis assis tout contre elle.
Elle était si belle que je me suis laissé envouter.
J’y suis resté des heures à respirer cet air tout nouveau pour moi.
L’ombre était arrivée ; j’ai dû continuer mon chemin…

Puis j’ai rencontré l’alcool ; j’avais si soif que je l’ai accompagné,
Ce que j’ai pu aimer sa présence, je me sentais si bien.
Le mensonge avait raison c’était le bonheur pour moi.
Puis la violence est apparue ; je ne me retenais plus.
Je ne me reconnaissais plus, j’avais mal dans mon coeur et mon corps.
Le jugement s’en est mêlé ; comme il était cruel avec moi…
Je voulais quitter ce sentier ; j’étais affolé de ce que j’étais devenu.
Ma vie était devenue un enfer et
J’étais devenu très méchant avec ceux que j’aimais.
Je regardais de l’autre côté pour voir si je pouvais entrer…

Puis un ange est apparu dans toute sa splendeur ; il m’a donné la main,
« Viens avec moi, je guiderai tes pas et te conduirai à la sérénité ».
Ce sentier était si beau et tout autour de l’ange
Voltigeaient des milliers de coeur.
J’y ai rencontré le pardon, le début de ma guérison.
La douceur m’a pris dans ses bras ; j’ai ressenti une telle chaleur,
Mon coeur s’est remis à chanter.
La tendresse et la compréhension m’ont donné la main,
J’ai continué d’avancer ; le chemin fut long et difficile.
J’avais tout à apprendre.

Puis l’amour est entré dans mon coeur et mon corps.
Je me sentais m’envoler, tout au long de la route,
J’ai fait la rencontre de l’entraide et l’amitié,
La colère, l’alcoolisme, la paresse, le jugement et le mensonge,
Se sont doucement envolés.

Je sais que la bataille n’est pas gagnée mais j’ai mis dans mon coeur,
Les deux plus beaux mots du dictionnaire, l’Espoir et l’Amour.
Chaque fois que je trébuche, à nouveau, un ami me tend la main.
L’ange de l’Amour et l’Espoir m’a fait comprendre le bon chemin
Que je devais emprunter pour enfin connaître la paix dans mon coeur.

Si vous voyez une personne trébucher, tendez-lui la main…
Souvent elle prend le mauvais côté du sentier,
Mais l’Amour que vous lui donnez l’aide à se remettre du bon côté…

Auteur anonyme

Citation du jour : amour et amitié V.Hugo


Savez-vous ce que c’est que l’amitié ? C’est être frère et sœur, deux âmes qui se touchent sans se confondre les deux doigts de la main. Et l’amour ? C’est être deux et n’être qu’un.

Victor Hugo

La fête de l’amitié et de l’amour


 

La Saint Valentin n’est pas que la fête de l’amour, même si à chaque coin de rue, tout vous l’indique ! C’est aussi la fête de l’amitié !

Alors c’est le moment de vous dire combien j’apprécie chacun de vous ! Nous avons cheminé ensemble, depuis plus ou moins longtemps. Nous nous sommes rencontrés virtuellement et nous nous sommes appréciés.

Bonne Saint Valentin, mes amis !

Merci Beaucoup Martine

citation du jour : l’amitié, Laure Conan


L’amitié sans confiance, c’est une fleur sans parfum.

Laure Conan

A vous, mes amis d’hier, d’aujourd’hui et de demain…


Parce qu’il est des moments où dans la vie il faut lâcher prise

Parce qu’il est des heures à vivre l’instant présent avec intensité

Il n’y a plus de temps qui passe, mais un temps empli d’immensité

Et en profiter pleinement, sans souci, sans peine, telle une cerise


Parce qu’il est des jours à venir dont on ne sait absolument rien

Parce qu’il est des journées sans queue ni tête, avec juste une fin

Il n’y a plus qu’à aimer sans hésiter, à aimer encore et toujours bien

Pour ne pas avoir de regrets mais des souvenirs à chérir sans fin


Parce qu’il est des hommes et des femmes qui font mon quotidien

Parce qu’il est des rencontres dont je ne croyais attendre rien

Il y a des merci qu’il faut vous dire tout simplement avec amour

A vous mes amis, mille et mille merci d’être là pour moi toujours

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 433 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :