les dernières heures de l’année !


Et oui, nous vivons les dernières heures de l’année…


2010, une année dont on se souviendra pour sa neige tombée avant l’hiver…

inutile de faire le bilan de l’année… tout ce qu’on s’était promis de faire et de ne pas faire… tout ce qui s’est passé et qui n’était pas prévu, bonnes ou mauvaises choses…

mais ne regardons pas en arrière !!


vivons intensément les dernières heures de cet an bientôt passé, car ça, c’est à notre portée !


vivons pleinement ces dernières minutes où l’espoir d’un renouveau vibre de façon particulière !

 

vivons ces derniers instants comme si c’était les derniers, parce qu’ils sont les derniers et qu’ils ne reviendront plus !


vivons en étant présent, en communion avec chaque pays qui passe d’heure en heure dans la nouvelle année, en communion avec tous ceux qui sont seuls, en communion avec tous ceux que nous aimons !

 

vivons vraiment la fin de 2010 pour pouvoir accueillir 2011 en toute sérénité, dans la joie et la bonne humeur, dans la paix et l’harmonie, dans le désir et le plaisir !


cabanes tchanquées île aux oiseaux bassin d'arcachon

Publicités

Pensée du jour


“Il ne nous est pas demandé d’être forts aux moments de souffrance. On ne demande pas au blé d’être fort quand on le broie mais de laisser le moulin en faire de la farine.”

Madeleine DELBREL

 

http://www.bloc.com/images_administrables/bibliotheque/grande/epis-et-grains-de-ble.jpg

Défi créa !!


J’ai besoin de vous !! J’ai besoin de vos talents de créateur-créatrice !

Je sais bien que je vous prends de court… le réveillon, tout ça… alors je vais vous laisser un peu de temps…

 

Voilà, je voudrais que vous me fassiez une créa sur le thème :

les bonnes résolutions.

Vous m’envoyez votre œuvre par mail jusqu’à mercredi prochain à midi. Cette créa doit être anonyme car elle sera soumise aux votes de tous dès le jeudi et ce jusqu’au dimanche midi inclus.

Biquette m’a fait la remarque suivante : “Ne faudrait-il pas deux créas pour t’envoyer …une signée de son auteur et l’autre sans signature ….ainsi après le vote, tu pourras publier la créa gagnante signée de la patte de son créateur !!!!!!!!!!! ???”…

Oui, bien sûr que oui, il faut m’envoyer deux fois la même créa l’une anonyme et l’autre signée… par mail ! Mille excuses pour cet oubli !

 

Le nom du ou de la gagnante sera connu dès le dimanche soir.

Cette créa sera la récompense du premier trou-texte de l’année. Autant dire l’importance qu’elle aura !

 

Vous vous inscrivez ici. Si vous avez besoin de précision, posez-moi vos questions ici également. Je vous répondrai avec plaisir. Sachez tout de même que je ne sais pas faire de créa, donc pour les questions purement techniques, je ne saurais pas vous répondre !

Je compte sur vous !

Mon mal de tête, Rose et moi !


La jeune femme est revenue. Ma foi, Olivier, mon voisin de chambre, a raison : c’est un joli brin de femme. Mais voilà qu’on frappe à la porte, et qu’on entre. Revoilà ma grande sœur chérie !

« Rose !

– Oui, c’est moi, frérot ! Bonjour, Mademoiselle ! »

Capucine rougit et préfère s’en aller. Dommage… J’aurais bien voulu qu’elle reste encore un peu. Elle m’a dit s’appeler Capucine Laurent et j’ai cru comprendre que c’est elle qui m’avait percuté avec son ambulance. Je ne peux pas lui en vouloir, de toute façon, je ne me souviens pas du tout de ce qui s’est passé. Si ça se trouve, je suis complètement en tort…

Rose s’installe sur mon lit, me donnant les revues qu’elle m’a achetées. Elle a son regard des jours soucieux, le front marqué par un pli, comme l’avait notre mère. Et moi qui ai toujours mal à la tête ! Ils ne sont pas censés vous soulager à l’hôpital ?

« Nathan ? Le médecin m’a dit que tu pourrais sortir demain si tu passes une bonne nuit. Nous irons dans la maison familiale, à Boutteville. Ce sera bien mieux pour te reposer et prendre des forces. C’est bien là que tu comptais te rendre hier soir ?

– Je ne crois pas, plutôt dans un hôtel… le Bellevue je crois ! Ah non, c’est vrai, ça c’était en 2006. Je ne me souviens pas. Le docteur t’a dit ce que j’avais ? Car, à moi, il n’a rien dit d’autre que « mm, intéressant… »

– Il m’a parlé d’une amnésie rétrograde, mais que c’était passager, que tu retrouverais ta mémoire.

– Tu parles au conditionnel, je n’ai pas rêvé ?

– Et bien, là, c’est un peu tôt pour se prononcer, mais comme tu es jeune… »

Ma sœur ne saura décidément pas mentir, en tout cas pas à moi ! Je me demande si ce n’est pas plus sérieux que ça, mon mal de tête… Mais bon, chaque chose en son temps. Quand nous serons à la campagne, loin de cet hôpital, elle me racontera ma vie, ce qu’elle en sait tout du moins.

« Donc demain matin, je sors ? C’est la bonne nouvelle du jour, ça !

– Oui, tu devrais sortir »

Je jette un œil vers Olivier, un regard un peu de défi comme de victoire, car moi, je vais m’en aller d’ici ! Je n’ai rien à y faire, ici. Ma vie est dehors.

Tandis que Rose se plonge dans la lecture d’un magazine, je ne peux m’empêcher de penser à Sabine. Comment se fait-il qu’elle ne m’ait pas donné signe de vie ? Je suis inquiet, je sens bien que, si Rose ne m’en parle pas, c’est qu’il a dû se passer quelque chose. Qu’a-t-elle dit tout à l’heure ? Ah oui, elle va plutôt bien pour ce qu’elle en sait…

D’un coup, mon cœur s’arrête de battre… puis repart au ralenti. En fait, elle m’a quitté… C’est ça, elle m’a quitté ! Comment vais-je faire pour contenir tout mon amour pour elle ? Je ne peux pas croire à une telle chose, mon cœur me l’aurait dit s’il n’y avait plus qu’indifférence entre nous… Mais peut-être que l’accident m’a projeté dans mon passé où j’avais encore des sentiments pour elle ?

Sabine… Où es-tu ? Je pousse un énorme soupir sans même m’en rendre compte. Rose me serre la main, tendrement, avec toute son affection dans ses yeux.

Je préfère fermer les yeux. Le vertige recommence, il m’étreint la poitrine, il m’étreint le cœur… L’angoisse est là, sourde, lointaine, mais tellement présente…

« Tu as mal à la tête ? me demande Rose.

– Oui…

– C’est normal, avec tout ce que tu as bu hier soir ! »

Je m’asseois d’un bond dans le lit. Ai-je bien entendu ?

« Qu’est ce que tu as dit ? Tout ce que j’ai bu ? Tu divagues !! J’ai bu une bière, c’est tout !

– Une bière, sans aucun doute, mais accompagnée d’autres bières … Tu avais 0,82 gramme d’alcool dans le sang !

– Pétard !

– Tu l’as dit !! »

Et bien, je comprends mieux pourquoi j’ai si mal à la tête !! Tout de même, voilà que je me découvre alcoolique… Aurai-je donc tant changé en quatre années ?

citation du jour


DSCN0297a

photo de mariessourire, merci de demander l’autorisation de prendre la photo et de toujours indiquer votre source, en mettant un lien de votre article vers mon espace, merci !

Une entrevue tant attendue


Rose se remet doucement de toutes ces émotions. Il y a quelques heures encore, elle croyait qu’il vivait ses dernières heures même si le caporal de la gendarmerie avait tout fait pour la rassurer. Elle se dirige vers le bureau des infirmières ; mais, comme de bien entendu, la salle est vide. Rose fait le tour des couloirs et finit par trouver une aide-soignante qui lui indique le bureau du médecin chef de service, Marc Fontaine.

Elle frappe à la porte un peu timidement. Elle se gourmande et frappe un peu plus énergiquement.

« Entrez ! » dit une voix chaleureuse.

Rose ouvre la porte et se trouve face à un bureau plutôt en désordre… Elle a toujours pensé que les médecins étaient des personnes très ordonnées, mais celui-là doit confirmer la règle !

« Que puis-je pour vous, Madame ?

– Je suis Rose Dupin, la sœur de Nathan Dupin qui a été hospitalisé hier soir dans votre service. Je voudrais avoir quelques informations sur la santé de mon frère.

– L’avez-vous vu ?

– Oui, à l’instant ! Il me dit qu’il a perdu la mémoire de ces quatre dernières années et que pour lui, on est le 26 Novembre 2006 aujourd’hui. A part ça, il me paraît plutôt en bonne forme.

– Sur le plan physique, à part un léger traumatisme crânien, rien de bien grave, je vous rassure, votre frère va plutôt bien. Il est tombé de toute sa hauteur sur sa tête mais surtout, il avait quelque 0,82 gramme d’alcool dans le sang. C’est sur le plan moral que je suis plus inquiet.

– Vous voulez dire qu’il avait bu ? Mais ? Cela ne lui ressemble pas du tout !!

– Oui, il était complètement ivre, ce qui explique qu’il n’a pas vu l’ambulance.

– L’ambulance ? Mais enfin, de quoi me parlez-vous ? »

Le médecin lève un sourcil étonné mais sa voix se veut rassurante, tant il sent l’angoisse palpable de Rose.

« Les gendarmes ne vous ont-ils donc rien expliqué ? Votre frère a traversé sans regarder et s’est fait percuter par une ambulance. Dans son malheur, il a eu beaucoup de chance car l’ambulancière est une femme prudente qui ne roulait pas bien vite et qui a eu de très bons réflexes. Cela dit, votre frère étant dans l’incapacité de parler au moment de son admission, nous avons cherché des éléments de son identité. C’est alors que nous avons découvert une lettre dans sa poche, lettre qui nous fait penser que votre frère avait … Comment vous annoncer cela ?

– Dites les choses, c’est tout ! Je peux tout encaisser.

– Nous pensons que c’est volontairement que votre frère a traversé sans regarder… »

Rose accuse le coup, comme frappée par un coup dans le ventre. Elle relève la tête et poursuit :

« Vous voulez dire que c’était une tentative de suicide ? Vous avez cette lettre ?

– Non, nous l’avons restituée à votre frère.

– Suicidaire, Nathan… Quel choc ! En même temps, avec tout ce qu’il a vécu ces derniers temps, cela ne m’étonne qu’à moitié… Et cette histoire de perte d’années, qu’il ne se souvienne pas de ce qu’il a vécu ? Je trouve ça bizarre. Normalement, quand on est amnésique, on ne se rappelle même pas son nom… Alors comment se fait-il qu’il ne se rappelle pas de ces quatre années là ? Serait-ce un déni ? »

Marc prend le temps de la réflexion, cherchant à se faire bien comprendre.

« Je ne pense pas, même si on ne peut pas l’exclure. Il présente plutôt les symptômes d’une amnésie rétrograde, qu’on appelle encore amnésie d’évocation. Cela signifie qu’il a oublié ce qui s’est passé au moment de l’accident et une période donnée de temps avant l’accident, ici les fameuses quatre années. Il est possible que la mémoire lui revienne, ou pas…

– Ou pas ? Mon pauvre petit frère …

– Cela dit, ne vous inquiétez pas trop. S’il passe une bonne nuit, il pourra sortir dès demain vers 11h00, après la visite de l’interne.

– Je vous remercie, Docteur, pour le temps que vous avez bien voulu m’accorder. Juste une dernière question… Nathan aura-t-il un suivi médical ? Et si oui, par qui ? Par vous ?

– Oui, bien entendu, il devra être suivi dès sa sortie. Je peux le prendre en charge si vous le désirez, mais à mon cabinet. Tenez, voici ma carte ! Prenez rendez-vous avec ma secrétaire, précisez-lui que votre frère souffre d’amnésie rétrograde afin qu’elle vous donne un rendez-vous le plus tôt possible. Bonne journée, Mademoiselle ! »

Marc Fontaine, le médecin, lui serre la main doucement mais fermement, avec un sourire qui réchauffe le cœur de Rose. Certes, ce docteur ne sait quasiment rien des problèmes de Nathan, mais là, elle se sent un peu moins seule face à l’abîme qui s’était ouvert devant elle il y avait seulement quelques heures.

Rose, à peine sortie de l’hôpital, se met à la recherche d’une boutique de vêtements pour homme. Elle hèle un taxi qui la dépose en centre ville, devant la première boutique venue. Ses achats effectués, elle repart dans le même taxi pour l’hôpital, n’oublie pas de prendre quelques revues pour son frère. Elle met son plus beau sourire sur ses lèvres, frappe à la chambre n° 331, entre et se trouve face à face avec une inconnue plutôt jolie.

Atelier Textophoto, le récap !


Oui, si on se faisait un petit récap, histoire de savoir où nous en sommes !

Pour ceux qui découvrent le textophoto, l’idée est de s’inspirer d’une photo, d’écrire un petit texte où vous insèrerez l’expression “au pied de la lettre”. Pour plus d’info, il vous suffit de cliquer ici.

Vous pouvez vous inscrire, il reste de la place !

En fait, le nombre de participants n’est pas limité ! Sourire… Je rappelle à tout hasard que si vous n’avez pas de blog comme 32 Octobre, Makaulaya et Venise, je peux publier votre œuvre : pour cela il suffit de me l’envoyer par mail (vous regardez tout en haut de cette page, vous cliquez sur “pour me contacter” et vous avez tout ce qu’il vous faut). Si vous avez un blog qui n’est pas sur WordPress, vous pouvez publier chez vous et me faire parvenir l’adresse url de votre billet soit par un commentaire ici soit par mail. Enfin, pour votre blog WordPress, pas de souci, vous me donnez le lien vers votre billet par commentaire ici.

 

Voici donc les participants au textophoto :

NicoleRussy

32 Octobre

JazzyJazz 1

Ghislaine

Zéphyrine

Makaulaya

JazzyJazz 2

Océanelle

MimiTahitie

Claudie La Picarde

et hors concours : Venise et Mariessourire 

 

Ai-je oublié quelqu’un ?

Alors ? ça commence à faire de la lecture … ça vous tente ?

Juste quelques mots, en laissant libre cours à votre fantaisie, votre créativité, votre ressenti, votre émotion…

Lancez-vous !

Vous serez très certainement surpris par ce que vous écrirez, et par ce que les lecteurs vous diront…

On n’est pas là pour juger, mais pour se faire plaisir avant tout…

N’ayez pas peur, l’important c’est d’oser !

Vous avez jusqu’à lundi prochain, minuit heure française, pour publier votre oeuvre. Mon ou mes coups de coeurs seront à l’honneur le mardi dans la soirée…

Mon voisin d’hôpital


A nouveau je suis seul dans cette chambre d’hôpital dont la peinture des murs déteint jusque sur le moral des patients. Comment croire qu’on peut guérir dans cet univers si triste ? Je n’ai pas de chance, je suis du côté de la porte, et je ne vois pas grand-chose de la fenêtre. Il y a une chose de bien, dans cette affaire, c’est que mon voisin n’est pas trop contrariant puisqu’il passe son temps à dormir.

Evidemment, c’est à ce moment-là qu’il se retourne vers moi :

« Bonjour ! Moi c’est Olivier, je suis là pour un moment encore mais j’espère qu’ils vont me laisser sortir demain ! Ils me promettent toujours ma sortie dès le lundi, mais le vendredi comme par hasard, ce n’est plus possible, ils ne veulent pas faire de sortie une veille de week-end…

– Mmm ça ne sera pas mon cas ! Je n’ai rien, je vais donc sortir demain !

– Eh bien, vu ce qu’ils vous ont dit ce matin, ce n’est pas gagné !

– Parce que vous avez tout entendu ? Je vous croyais endormi…

– Que d’un œil seulement. »

Et bien là, c’est que du bonheur. Il est très rassurant comme bonhomme. Je ne sais pas ce qu’il a mais ça n’augure rien de très positif tout ça.

« Elle était bien mignonne votre amie du matin ! Toute chamboulée comme ça, elle avait un charme fou …

– Mon amie du matin ? Mais qu’est ce que vous racontez ?

– Oui, celle que vous n’avez pas laissé parler, qui m’a donné l’impression d’avoir dormi contre la porte de notre chambre… La petite jeune femme d’avant la visite du grand ponte… Je vais finir par croire que vous avez un réel problème de mémoire, vous !! On n’oublie pas si facilement un joli minois !!

– Cette fille-là ? Je ne la connais pas. Je ne sais pas qui c’est. Peut-être est-ce une de mes collègues ? Ou une voisine ? Ou… Je n’en sais rien ! Vous m’embrouillez là !! Et puis, là, je ne veux plus parler, j’ai bien trop mal à la tête …

– Donc vous êtes réellement amnésique ? J’ai du mal à vous croire …

– Pourquoi est-ce si incroyable ?

– Vous connaissez votre nom, vous donnez les indications pour qu’on retrouve un de vos proches, vous avez peur pour une femme, Sandrine…

– Non, pas Sandrine, Sabine !

– Qu’est ce que je disais… Et vous dites ne rien vous rappeler de ces dernières années ? Allons, à d’autre mon ami ! Je ne suis pas né de la dernière pluie ! Vous cachez un secret … »

Je suis complètement interloqué par l’attitude de mon voisin. Comment ose-t-il seulement me juger ? Je lui tourne le dos, du moins le plus possible à cause de la perfusion qui me gêne pour me mettre sur le côté. Je me sens bien seul dans ce lit. Si lui ne me croit pas, qui me croira ?

La suite de Nathan, Capucine et les autres…


Oui, la suite dans quelques heures de votre feuilleton préféré (j’espère !!). Je vous fais un petit résumé ?

Nathan, un soir de grosse déprime, écrit une lettre à sa soeur, Rose. Il l’écrit dans un bar, accompagné d’un nombre certain de bières. Il glisse la lettre dans sa poche, sort de ce bar pour gagner sa chambre d’hôtel et traverse la rue sans regarder.

Hélas, Capucine a beau freiner ; son ambulance percute Nathan qui tombe dans les pommes. Les secours l’emmènent aux urgences en observation suite à sa chute sur la tête. Elle les accompagne. Au petit matin, elle rend visite à Nathan qui ne sait plus trop où il en est : il a perdu la mémoire des quatre dernières années… Cette visite est interrompue par celle des médecins. Capucine doit partir.

Une femme au foulard rouge arrive en courant dans le hall d’entrée, bouscule Capucine qui en sort. Cette femme, c’est Rose, la soeur de Nathan. Elle se rend au chevet de son frère mais ne reste pas bien longtemps. Elle sort rassurée mais surtout bouleversée, lui promettant de revenir très vite…

Voilà… Vous y êtes ? ça vous est revenu ? Pour l’histoire depuis le début, il vous suffit de cliquer sur la catégorie “Nathan, Capucine et les autres dans « Ne lui dis jamais que… »”. Le premier chapitre de l’histoire est le dernier tout en bas de la page !

Bonne lecture !!

Le défi du samedi… dernier !


Le défi du samedi… A certains cela parlera, à d’autres pas du tout ! En fait, il s’agit d’un site où l’on vous défie chaque semaine (hm, trop facile celle-là !).

La semaine dernière, ils étaient arrivés au défi 129. La consigne paraissait simple… Le gant était jeté, il suffisait de le relever…

C’est vraiment la folie dans le supermarché !
Mon unique balai sous le bras, je me colle en bout de file.
La charmante vieille sorcière qui me précède pousse à grand peine un hibou surchargé.
Se tournant vers moi, elle déclare : « Passez donc devant moi, vous n’êtes qu’un … »
À quoi je souris : « Chère Madame, si j’avais voulu être Dragonus devant vous, je me serais transformé plus tôt ! »
Sa tête ! J’en ai encore des frissons …

Previous Older Entries

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 433 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :