Il suffit d’y croire


Il suffit d’y croire… Facile à dire, mais dans les faits ?
Comment être sûr ? Comment se fier à quelque chose qui ne s’est pas (encore ?) réalisée ?

Croire que cela peut arriver, c’est faire en sorte de se donner tous les moyens possibles pour que cela arrive. C’est prendre toutes les chances, les opportunités qui se présenteront. C’est ne pas douter.

Et même si l’on doute, c’est quand même avancer en se disant que s’il y a la moindre chance que ça arrive, ce sera tellement bien.
Sera, pas serait. Pas de conditionnel, juste le futur.

Il suffit d’y croire, cela donne toute la volonté nécessaire, toute la force aussi.

C’est si facile : il suffit d’y croire ! Pas besoin d’avoir ça ou ça… Car si l’on en a besoin, on l’aura, et ce que l’on souhaite se réalisera.

L’enfant ne doute pas, il croit à la magie et cela fonctionne ! C’est pareil pour nous. Ce dont j’ai besoin, je l’aurai. Ce que je souhaite se réalisera parce que j’y crois.

Et vous, vous croyez ?

Posted from WordPress for Windows Phone

Publicités

Je vous souhaite…


Posted from WordPress for Windows Phone

Je veux…


Posted from WordPress for Windows Phone

Les rêves


plonger dans l’infini bleutée de la nuit,

et habituer ses yeux à l’obscurité,

s’ouvrir à la majesté d’un ciel étoilé d’été,

s’abandonner à des rêves aujourd’hui.

 

Posted from WordPress for Windows Phone

La nuit


« Tâchez de vous laisser porter par la nuit de temps en temps, de regarder les étoiles et de tenter de vous enivrer de la sensation d’infini. La nuit, avec tous ses sortilèges, est aussi un chemin vers l’illumination. De même qu’au fond du puits sombre il y a l’eau qui étanche la soif, la nuit, dont le mystère nous rapproche de Dieu, porte cachée dans ses ombres la flamme capable d’allumer nos âmes. »

Paulo Coelho, Adultère

Posted from WordPress for Windows Phone

Les quatre bougies de l’Avent


Quatre bougies brûlaient lentement. Il régnait un tel silence que l’on pouvait entendre leur conversation.

La première dit : « Je suis la Paix ! Cependant, personne n’arrive à me maintenir allumée… Je crois bien que je vais m’éteindre…»

Sa flamme diminua peu à peu, et disparut.

La seconde dit : « Je suis la Foi ! Mais dorénavant, le monde pense que je ne suis plus indispensable… ça n’a pas de sens que je reste allumée plus longtemps ! » Et sitôt qu’elle eut fini de parler, une brise légère souffla sur elle et l’éteignit.

La troisième bougie se manifesta à son tour : « Je suis l’Amour ! Mais je n’ai plus de force pour rester allumée. Les gens me laissent de côté et ne comprennent pas mon importance. Ils oublient même d’aimer ceux qui sont proches d’eux… » Et sans un bruit, elle s’effaça à son tour.

Alors entra un enfant, qui vit les trois bougies éteintes.

« Mais pourquoi avez-vous cessé de brûler ? Vous deviez rester allumées jusqu’à la fin ! »

Et une larme glissa le long de sa joue…

Alors la quatrième bougie murmura:

« N’aies pas peur. Tant que j’ai ma flamme, nous pourrons rallumer les autres bougies. Je suis l’Espérance ! »

Alors, les yeux brillants, l’enfant pris la bougie de l’Espérance et ralluma les trois autres.

Puisse l’Espérance ne jamais s’éteindre en nos cœurs et propager la joie autour de nous !

Les lutins de Noël


Vous êtes-vous déjà demandé comment fait le père Noël pour savoir quels sont les enfants qui ont été sages? Grâce à l’aide de ses lutins, bien sûr! Certains lutins possèdent des aptitudes particulières et sont sélectionnés pour entrer à l’Académie des Lutins. Dans cette école extraordinaire, ils apprennent tout ce qu’un lutin doit savoir pour travailler au sein de l’équipe du père Noël.

Ainsi, dès le 1er décembre, les lutins issus de l’Académie sont envoyés dans tous les foyers où il y a des enfants. Ils se voient confier une grande mission : tenir le père Noël informé de la conduite des enfants. Bien que les lutins soient immobiles le jour, ils voient tout, même si vous ne les voyez pas.

Chaque nuit, lorsque tout le monde dort dans la maison, les lutins s’animent et prennent la route du pôle Nord pour faire part au père Noël de ce qu’ils ont observé pendant la journée. À leur retour, et avant que la maisonnée ne s’éveille, ils aiment jouer de petits tours. Il n’est pas rare que les enfants trouvent à leur réveil un biscuit à moitié grignoté ou encore les lacets de leurs souliers attachés ensemble!

La nuit du 24 décembre, Roland le renne volant rassemble tous les lutins afin qu’ils aident le père Noël pour la distribution des cadeaux. Après la grande nuit, ils demeurent au pôle Nord, jusqu’au moment de retourner dans les maisons l’année suivante.

Dispersez un peu de poudre magique à lutin et vous voilà prêts à vous laisser envahir par la magie de la légende des lutins!

http://www.legendedeslutins.com/

La bûche de Noël


Les anglais ont leur Christmas pudding, les allemands leur Stollen aux fruits confits et en France nous avons…

La bûche de Noël.

La traditionnelle bûche que l’on brûlait dans la cheminée à la veillée de Noël a été remplacée par un entremets d’imitation.

C’est une création assez récente (postérieure à 1870) des pâtissiers parisiens.
En ce temps-là, les pâtisseries de circonstance étaient généralement des brioches ou des pains aux fruits, comme la pompe provençale.

La bûche de Noël est un biscuit roulé avec une crème au beurre, au chocolat ou au moka et décoré d’une crème reproduisant les nœuds du bois…


Selon les régions de France, la bûche de Noël prend le nom de : "cosse de Nau" dans le Berry, "tronche" en Franche-Comté, "souque" en Normandie, "mouchon" en Charente…

Mais dans de nombreuses régions, la bûche laisse place à d’autres délicieux desserts…
En Alsace, la tradition veut que l’on déguste les "lebkuche", langues de pain d’épice décorées, ou les bretzels.
Dans le Bordelais, il s’agit des "coques de Nadao", pains torsadés piqués de grains d’anis.
En Provence, point de bûche non plus. Seuls les "treize desserts", symbole du Christ entouré des ses apôtres (Pommes, poires, melons d’hiver, raisins frais, nougats blanc et noir, noix,noisettes, amandes, figues sèches, cédrat confit, pompe à l’huile et raisins secs…Et la liste n’est pas restrictive…

Néanmoins la bûche a su, au fil du temps, suivre les modes et se pare aujourd’hui de coulis de fruits exotiques, de poudrages d’étoiles ou d’un coeur glacé, car il est vrai que tout le monde n’apprécie pas la crème au beurre au chocolat ou café qui la compose. Les recettes se font originales, exotiques pour notre plus grand bonheur…Elle se décline aussi désormais, en part individuelle.

trouvé sur le site de supertoinette.com

Le temps des rêves


Le temps de l’Avent, c’est aussi de le temps d’avant Noël, le temps des désirs et des souhaits, le temps des rêves beaux (et enneigés, ndlr, lol).

Pour avancer sur notre chemin, nous avons besoin de rêver, à des possibles qui pourraient se réaliser, ou pas. Rêver c’est se donner un but et se donner les moyens de le réaliser. Parfois, rêver n’est que songerie qui embellit le quotidien envahi par le terre-à-terre, la course folle contre la montre dont on ne sort jamais vainqueur, par la nostalgie du passé ou l’inquiétude du lendemain.

citation paulo coelho

Les bougies de la couronne


Sur la couronne de l’Avent, on place quatre bougies. Chaque dimanche du temps de l’Avent on en allume une de plus. Plus la fête approche, plus il y a de lumière. Les quatre bougies allumées sont le symbole de la lumière de Noël qui approche et qui apporte l’espoir et la paix.

L’origine des bougies de l’Avent, c’est l’initiative d’un pasteur allemand qui décida d’allumer chaque jour une bougie disposée sur une roue, pour marquer les 24 jours qui précédent Noël. La Couronne de l’Avent avec les bougies a été inventée par le pasteur Johann Heinrich Wichern (1808-1881). Éducateur et théologien de Hambourg. Chaque matin, un petit cierge de plus était allumé et, à chaque dimanche du temps de l’Avent un grand cierge. La coutume du temps de l’Avent n’a retenu que les grands.

Chacune de ces bougies symbolise les grandes étapes du salut avant la venue du Messie :

· La première représente le pardon accordé à Adam et Eve après la chute et qu’ils furent chassés du Paradis terrestre.

· La seconde évoque la foi d’Abraham et des Patriarches qui aspiraient à la Terre promise.

· La troisième est le symbole de la joie de David dont la lignée ne s’arrêtera jamais. Elle témoigne de l’alliance avec Dieu.

· La quatrième symbolise l’enseignement des prophètes qui annonçaient un règne de justice et de paix.

Aujourd’hui, nous sommes le troisième dimanche de l’Avent, c’est donc trois bougies que nous allumerons. Clignement d'œil

Previous Older Entries

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 434 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :