Il pleut, il souffle


Il pleut, le vent souffle en rafales aujourd’hui mais on arrive encore à voir un peu de ciel bleu.

Les photos datent d’hier, la leyre est toujours en crue et le port ressemble toujours à un petit lac…

On s’habitue à la grisaille, à la pluie et au vent. On oublie à quoi ressemble le jardin…

C’est vrai ça : avant d’être une mare aux canards, y avait il de l’herbe autour des taupinières ?
Oui… J’héberge probablement une famille de taupes au vu des petites montagnes de terre qui sortaient inlassablement chaque semaine.
D’ailleurs, ces petites taupes savent-elles nager ??

Enfin l’heure n’est pas aux taupes mais au temps qu’il fait dehors.
Ce que je voulais dire, c’est quand le ciel devient bleu, même pour un court instant, quand le soleil fait son apparition, que c’est bon !!
Que ça fait du bien !!

Et comme l’on remarque alors son absence quand à nouveau le soleil s’éclipse.

J’ai l’impression que la pause était là pour nous donner du courage pour continuer de croire que le beau temps reviendra bientôt.
C’est de la force pour oser avancer.
Un peu de chaleur et d’espoir pour oser garder le sourire.

Publicités

Mais qu’est-ce qu’il a ?


Voyez vous-même : le printemps avait bien démarré au mois de Mars, avec les températures toutes douces et un soleil qui dardait ses rayons doucement.

Et du coup, pour la première année, mon érable nain du japon était juste magnifique ! Comme il ne l’avait jamais été auparavant !

J’étais fière, je l’avais taillé à l’automne , prise d’une frénésie limite incontrôlable : ah, tu ne veux pas pousser ? tu ne veux pas grandir ? tu joues aux branches mortes ? tu vas voir, ça ne va pas se passer comme ça !

Et là, au printemps, il me dit merci en ouvrant des tas et des tas de petites feuilles rouges toutes plus mignonnes, plus adorables les unes que les autres… Un vrai bonheur !

21042012332 (2)

Mais voilà qu’Avril, méchant avril 2012, vient tout contre-carrer, tout bouleverser… Il pleut sans cesse, une pluie froide qui a parfois du mal à pénétrer dans le sable la terre tant il pleut !

Et non content de déverser toutes les larmes du ciel, voilà qu’Avril amène le vent de la tempête, d’abord par un vent constant, qui secoue mon petit érable gentiment, puis plus fort jusqu’au vent de tempête fin avril ou l’arbre est secoué dans tous les sens, battu, rossé, le poussant à s’aplatir contre le sol…

Je ne sais comment il n’a pas cassé, là aussi un miracle. Mais mon petit érable n’en peut plus, il est épuisé… Il n’y arrive plus, se dit qu’en fait c’est encore l’hiver et que Mars lui a joué un sale tour ! Et voilà qu’il tombe malade.

P1030163

Sauf que moi, je ne suis pas docteur des arbres… Je ne fais que débuter dans l’élevage des érables nains du japon que d’ailleurs j’ai découvert dans le jardin le jour où j’ai visité la maison que j’ai louée par la suite. Et là, je ne veux pas, je ne peux pas imaginer que petit érable va mourir et dire que je ne sais pas le soigner…

Au secours !!! Mon érable est malade !!!

Alors je fais appel à vous, mes chers blogueurs. Qu’est-ce qu’il a ? Comment ça se soigne ? Faut-il que j’enlève toutes les feuilles tâchées (en fait, ça revient à dire de lui enlever TOUTES ses feuilles !) et si oui, est ce que d’autres vont repousser ?

Qu’est-ce que je dois faire ?

Il y a pire encore : mon bébé pommier commence à avoir des trous dans ses feuilles.

P1030166

J’ai peur de l’épidémie.

Citation du jour : le bonheur de Jacques Salomé


Le bonheur, faut-il le rappeler, c’est une petite lumière au plus sombre de soi.

Petite veilleuse fidèle, patiente et inaltérable, mais qu’il est bon de raviver sans cesse jour après jour, qu’il est bon de tenir à l’abri des vents, de protéger des tempêtes du chagrin ou de la pluie des désespoirs.

Une petite lumière qu’il appartient à chacun de préserver de la malveillance, des pensées négatives, des poisons du ressentiment, de l’inattention des habitudes.

Jacques Salomé – Pourquoi est-il si difficile d’être heureux ?

Citation du jour de Bussy-Rabutin


L’absence est à l’amour ce qu’est au feu le vent ; Il éteint le petit, il allume le grand.

Bussy-Rabutin

souffle de Vie


ici, le vent souffle, le ciel parfois pleure encore, soupir
j’aurais aimé aller voir mon ami l’océan, mais il est encore trop tôt pour cela
nul doute qu’il va finir par se mettre en colère non pas de mon absence – impossible ! rire –
mais ce vent qui vient le chatouiller sans cesse lui fait venir des vagues du fond de lui-même….
je regarde l’horizon…. l’arbre nu se déploie sur un fond gris-blanc
le soleil ne peut darder un seul rayon

et pourtant

aucune tristesse dans tout cela
le vent amène son énergie tourbillonnante, et avec lui l’odeur salée de l’océan
un souffle revivifiant qui veut nous emporter
qui veut nous porter
au creux même de la source de la Vie
un temps à apprécier quand la nature se fait forte, vivante
comme lorsqu’on apprécie quand elle se fait douce, paisible

respirons
ce nouvel air
inspirons profondément
expirons doucement
ça fait du bien !

le souffle, c’est la Vie !

DSCI0367a

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 424 autres abonnés