Mon voisin d’hôpital


A nouveau je suis seul dans cette chambre d’hôpital dont la peinture des murs déteint jusque sur le moral des patients. Comment croire qu’on peut guérir dans cet univers si triste ? Je n’ai pas de chance, je suis du côté de la porte, et je ne vois pas grand-chose de la fenêtre. Il y a une chose de bien, dans cette affaire, c’est que mon voisin n’est pas trop contrariant puisqu’il passe son temps à dormir.

Evidemment, c’est à ce moment-là qu’il se retourne vers moi :

« Bonjour ! Moi c’est Olivier, je suis là pour un moment encore mais j’espère qu’ils vont me laisser sortir demain ! Ils me promettent toujours ma sortie dès le lundi, mais le vendredi comme par hasard, ce n’est plus possible, ils ne veulent pas faire de sortie une veille de week-end…

– Mmm ça ne sera pas mon cas ! Je n’ai rien, je vais donc sortir demain !

– Eh bien, vu ce qu’ils vous ont dit ce matin, ce n’est pas gagné !

– Parce que vous avez tout entendu ? Je vous croyais endormi…

– Que d’un œil seulement. »

Et bien là, c’est que du bonheur. Il est très rassurant comme bonhomme. Je ne sais pas ce qu’il a mais ça n’augure rien de très positif tout ça.

« Elle était bien mignonne votre amie du matin ! Toute chamboulée comme ça, elle avait un charme fou …

– Mon amie du matin ? Mais qu’est ce que vous racontez ?

– Oui, celle que vous n’avez pas laissé parler, qui m’a donné l’impression d’avoir dormi contre la porte de notre chambre… La petite jeune femme d’avant la visite du grand ponte… Je vais finir par croire que vous avez un réel problème de mémoire, vous !! On n’oublie pas si facilement un joli minois !!

– Cette fille-là ? Je ne la connais pas. Je ne sais pas qui c’est. Peut-être est-ce une de mes collègues ? Ou une voisine ? Ou… Je n’en sais rien ! Vous m’embrouillez là !! Et puis, là, je ne veux plus parler, j’ai bien trop mal à la tête …

– Donc vous êtes réellement amnésique ? J’ai du mal à vous croire …

– Pourquoi est-ce si incroyable ?

– Vous connaissez votre nom, vous donnez les indications pour qu’on retrouve un de vos proches, vous avez peur pour une femme, Sandrine…

– Non, pas Sandrine, Sabine !

– Qu’est ce que je disais… Et vous dites ne rien vous rappeler de ces dernières années ? Allons, à d’autre mon ami ! Je ne suis pas né de la dernière pluie ! Vous cachez un secret … »

Je suis complètement interloqué par l’attitude de mon voisin. Comment ose-t-il seulement me juger ? Je lui tourne le dos, du moins le plus possible à cause de la perfusion qui me gêne pour me mettre sur le côté. Je me sens bien seul dans ce lit. Si lui ne me croit pas, qui me croira ?

Publicités

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 424 autres abonnés