La taille du gibet


On raconte qu’un maçon construisait un petit pont, ou plutôt une passerelle à peine haute d’un mètre soixante. Il était juché sur son ouvrage, en train de travailler, lorsque vient à passer une jeune femme dont la démarche gracieuse évoquait le pas de la gazelle. Elle était vêtue d’une robe rose, transparente sous les rayons du soleil, qui soulignait délicatement la finesse de sa taille. Le maçon en oublia son travail, et, se retournant pour la suivre des yeux, il perdit l’équilibre, se cassa le cou en tombant et mourut sur place. Son dernier regard fut pour la ravissante apparition.
La femme du maçon qui arriva avec le déjeuner de son mari porta plainte contre la jeune femme à la robe rose. Karakoch jugea la jeune femme et la condamna à être pendue sous le pont même que le maçon était en train de construire.
-Mais ce n’est pas ma faute ! cria la jeune femme, c’est la faute du vendeur qui m’a vendu ce tissu.
-Tu as raison, femme, rentre chez toi ! Et que l’on m’amène le vendeur.
On fit venir le vendeur.
-Homme, nous te condamnons à mort parce que le tissu que tu as vendu a causé la mort du maçon.
-Mais c’est pas ma faute ! C’est la faute de celui qui l’a fabriqué.
-C’est juste. Retourne à ton magasin et que l’on aille chercher celui qui a fabriqué le tissu.
On alla quérir le tisserand.
-Tisserand, tu as causé la mort d’un homme ! Alors prépare-toi à mourir.
-Mais c’est pas ma faute ! Ce tissu est tellement fin qu’il devait être teint en noir et c’est le teinturier qui a choisi de le teindre en rose.
-C’est vrai. Par Dieu ! Que l’on saisisse le teinturier.
Le teinturier se présenta. Il n’avait pas d’excuse et on le tira jusque sous le pont pour le pendre. Mais l’homme était très grand et le pont était si bas qu’il fut impossible de lui passer la corde au cou.
Quand on rendit compte à Karakoch il se mit en colère :
-Mais trouvez-donc un homme qui soit de la taille du gibet, bande d’incapables !
On chercha, on mesura, et le premier homme qui mesurait moins d’un mètre soixante fut conduit sous le pont et fut pendu.
Lorsque sa femme, en pleurs, vint demander pourquoi c’était lui qui avait été choisi, on lui répondit :
-Parce qu’il a la taille du gibet.

Quel temps fait-il chez moi ?

Follow Mariessourire essence d'émotions on WordPress.com

Des mots... des photos... mes envies... au jour le jour, voilà ce que vous trouverez dans mon espace, sans compter l'ouverture de la bibliothèque de mariessourire que vous trouverez ici : http://mariessourire3.wordpress.com/
Bonne visite !

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 426 autres abonnés